Livres

Affichage de 1–16 sur 17 resultats

  • Tract A3 plié A6

     0,25

    Voici notre tract papier A3 plié jusqu'au format A6.

    Trouvez la version numérique ici.

  • Comment la non-violence protège l’État : Essai sur l’inefficacité des mouvements sociaux (Peter Gelderloos)

     13,00

    Je le commande (livraison en 48h)

    Parlons franchement, au vu de la situation, la grande majorité des mouvements sociaux et écologistes échouent lamentablement, depuis des décennies, ne serait-ce qu'à freiner la catastrophe sociale et écologique en cours (de la sixième extinction de masse aux inégalités économiques phénoménales et croissantes qui caractérisent notre temps).

    La plupart de ces mouvements se targuent de respecter scrupuleusement les principes de la non-violence, qu’ils considèrent comme la seule méthode de lutte acceptable. Et pourtant, ainsi que Peter Gelderloos l’expose brillamment dans ce livre, cette adhésion dogmatique au concept de la non-violence est injustifiée et injustifiable. En outre, il s’agit d’une des principales raisons pour lesquelles ils sont inefficaces.

    En démystifiant les figures historiques inexorablement citées par la majorité de ceux qui défendent la non-violence comme un absolu — Gandhi, Martin Luther King, Nelson Mandela —, en exposant les réalités complexes derrière leurs accomplissements (souvent réduites à des simplismes mensongers), et en exposant les nombreux problèmes d’éthique qui découlent de l’absolutisation de la non-violence, Gelderloos nous offre ici un ouvrage essentiel qui devrait nous aider à sortir de l’impasse manifeste dans laquelle s’enlisent les mouvements militants.

    Loin de faire l'apologie d'une violence irraisonnée, ce livre déboulonne l’argumentaire fallacieux de ceux qui affirment que la non-violence est la seule méthode acceptable de lutte face à la violence du capitalisme et de l’État.

    – En stock –

    via GIPHY

  • Deep Green Resistance : Un mouvement pour sauver la planète (Derrick Jensen, Lierre Keith et Aric McBay) – Tome 1

     13,00

    Je le commande (livraison 48h)

    Résumé
    Depuis des années, Derrick Jensen pose régulièrement la question suivante à son public : « Pensez-vous que cette culture s’engagera de manière volontaire dans une transformation vers un mode de vie véritablement soutenable et sain ? » Personne, ou presque, ne répond par l’affirmative. Deep Green Resistance (DGR) commence donc par établir ce que les écologistes « mainstream » se refusent à admettre : la civilisation industrielle est manifestement incompatible avec la vie sur Terre. Face à l’urgence de la situation, les « technosolutions » et les achats écoresponsables ne résoudront rien. Pour sauver cette planète, nous avons besoin d’un véritable mouvement de résistance en mesure de démanteler l’économie industrielle.

    Les auteurs
    Derrick Jensen est un écrivain, un philosophe et un activiste états-unien, auteur de plus de 20 livres dont plusieurs best-sellers. Sa perspective est l’une des plus cruciales du mouvement écologiste. Parmi ses ouvrages, on retrouve notamment A Language older than Words, The Culture of Make Believe et les deux volumes de Endgame.
    Lierre Keith est une écrivaine, féministe radicale, écologiste et militante pour la sécurité alimentaire. Son ouvrage Le mythe végétarien : Alimentation, Justice et Durabilité a été appelé « le livre écologiste le plus important de sa génération ».
    Aric McBay est un militant et un petit agriculteur biologique. Il est également co-auteur, avec Derrick Jensen, du livre What We Leave Behind.

    L’importance de ce livre
    DGR évalue les options stratégiques qui s’offrent à nous, de la non-violence à la guérilla, et pose les conditions nécessaires à une victoire. Ce livre explore aussi les sujets, concepts et modes opératoires des mouvements de résistance et des grandes luttes de ces derniers siècles : les types de structures organisationnelles, les modalités de recrutement, la sécurité, les choix des cibles, etc. DGR n’est pas seulement un livre, c’est aussi un mouvement qui propose un plan d’action concret. Il s’agit d’une lecture obligatoire pour tout militant souhaitant comprendre les enjeux de notre temps, l’idéologie et les faiblesses de la culture dominante ainsi que les stratégies et tactiques de lutte efficaces.

    Tome 1 de 2 : 350 pages (approx.)

  • Ecologie en résistance : Stratégies pour une Terre en péril (vol. 1)

     12,00

    Je le commande (livraison en 48h)

    Si vous vous intéressez aux trois questions suivantes, ce livre est pour vous : « Peut-on résister ? Pourquoi résister ? Comment résister ? ».

    La civilisation industrielle est en train de détruire la Terre ; le nier, c'est subir la domination d'une idéologie dont l'ambition est d'annihiler le vivant ou de le réduire en esclavage. Ce recueil de discussions porte sur le changement de stratégie et de tactiques qui doit se produire si nous voulons construire une résistance efficace. Il y est question d’interposer nos corps et nos existences entre le système industriel et toute vie sur la planète. Il y est question de contre-attaque.

    Dans ce premier volume, vous trouverez des textes et discours de Vandana Shiva, Derrick Jensen, Stephanie McMillan, Lierre Keith et Aric McBay. Livre de poche, 144 pages. 12 euros.

    via GIPHY

  • Ishmael (Daniel Quinn)

     13,00

    En cours de reappro

    Résumé
    « Professeur cherche élève souhaitant vraiment sauver le monde. » Un homme d’une trentaine d’années, cherchant un sens à sa vie, répond à cette petite annonce et découvre que le professeur est un gorille nommé Ishmael… S’engage alors entre eux un dialogue socratique surprenant, drôle et profond, sur de grandes questions tout à la fois philosophiques, historiques et morales. À travers Ishmael, Daniel Quinn tente de nous montrer que plusieurs postulats largement acceptés et indiscutés au sein de la civilisation, comme l’idée de la suprématie humaine, constituent des mythes, des fabrications culturelles aux conséquences manifestement désastreuses, qu’il est, à ce titre, possible de défaire.

    L’auteur
    La carrière littéraire de Daniel Quinn a pris son essor en 1991, lorsqu’il a gagné le prix Turner pour son roman Ishmael. Ce prix (et sa récompense de 500 000 $) est décerné aux auteurs de livres offrant des « solutions créatives » à des problèmes mondiaux. Ishmael a été sélectionné parmi 2500 entrées, par un panel de célébrités qui comprenait le célèbre auteur de science-fiction Ray Bradbury (auteur de Farenheit 451).

    Verbatim
    Ce livre a été vendu à plus d’un million d’exemplaires en anglais et traduit dans vingt-cinq langues. Il captive aussi bien ses lecteurs que les critiques littéraires :

    Plus captivant, créatif et répondant à une urgence sociale que n’importe quel livre de fiction ou essai que vous pourrez lire cette année ou dans le futur. —The Austin Chronicle

    Nous sommes pris par Daniel Quinn, nous voulons qu’Ishmael nous enseigne comment sauver la planète de nous-mêmes. Nous voulons changer nos vies. —The Washington Post

    Dans un essai où il se demandait si l’espèce humaine connaîtrait le sort des dinosaures, Arthur Koestler formulait ce qu’il appelait la prière du Dinosaure : « Seigneur, un peu plus de temps ! » Ishmael fait sa part pour y répondre et il est possible qu’il nous procure un peu plus de temps. —Los Angeles Times

    Désormais, je divise les livres en deux catégories — ceux que j’ai lus avant Ishmael et ceux que j’ai lus après. —Whole Earth Review

    Le fait est que nous détruisons la planète et nous avec, et qu’il est quasiment trop tard pour assurer notre avenir. C’est une raison suffisante pour lire Ishmael. —The Orlando Sentinel

    Fascinant… l’onctuosité du style de Daniel Quinn et ses propositions étonnantes devraient retenir l’attention des lecteurs intéressés par les problèmes colossaux qui menacent notre planète. —Publishers Weekly

    Ishmael est une véritable découverte. Ce livre restera parmi nous de nombreuses années. —Ray Bradbury

    Je ne me souviens pas d’avoir lu quelque chose d’aussi subversif. Sous la forme d’un conte philosophique à première vue un peu loufoque, c’est un de ces essais profonds potentiellement capables de nous renverser. —Lecteur sur Babelio

    250 pages (approx.)

  • Ecologie en résistance : Stratégies pour une Terre en péril (vol. 2)

     12,00

    Je le commande (livraison en 48h)

    Si vous vous intéressez aux trois questions suivantes, ce livre est pour vous : « Peut-on résister ? Pourquoi résister ? Comment résister ? ».

    La civilisation industrielle est en train de détruire la Terre ; le nier, c'est subir la domination d'une idéologie dont l'ambition est d'annihiler le vivant ou de le réduire en esclavage. Ce recueil de discussions porte sur le changement de stratégie et de tactiques qui doit se produire si nous voulons construire une résistance efficace. Il y est question d’interposer nos corps et nos existences entre le système industriel et toute vie sur la planète. Il y est question de contre-attaque.

    Dans ce deuxième volume, vous trouverez des textes et discours de Derrick Jensen, Murray Bookchin, Chris Hedges, Deep Green Resistance, Armand Farrachi, Josh Headley. Livre de poche, 156 pages. 12 euros.

    via GIPHY

  • Manuel d’action directe (Earth First!)

     13,00

    Je le commande

    Résumé
    Le Manuel d’action directe d’Earth First! est un guide qui enseigne les techniques de base d’une résistance non violente efficace et novatrice : comment planifier une action, mettre en place un blocage, occuper un arbre ou paralyser un chantier. On y retrouve également des informations juridiques essentielles ainsi qu’une discussion de l’environnement politico-judiciaire dans lequel les militants doivent naviguer. Ce manuel a été compilé et mis à jour par des militants de première ligne vivant aux États-Unis, dans l’optique de diffuser des connaissances et compétences clés aux quatre coins du monde.
    Unique en son genre, ce livre répond aux attentes des jeunes militants et des militants aguerris à la recherche de tactiques pour résister contre et paralyser des projets destructeurs et des entreprises écocidaires.
    Traduit de l’anglais américain, il a été légèrement modifié afin de correspondre au contexte politique et juridique des lecteurs francophones suisses, français, belges et, dans une certaine mesure, québécois.

    L’auteur
    Earth First! est une organisation écologiste radicale née dans le Sud-Ouest des États-Unis en 1980, notamment inspirée par les livres Printemps silencieux de Rachel Carson et Le gang de la clef à molette d’Edward Abbey, ainsi que par les idées d’Aldo Leopold. Son mot d’ordre pourrait être le fameux « No Compromise in Defense of Mother Earth! » (« pas de compromis dans la défense de la Terre Mère ! »).
    Il existe aujourd’hui des mouvements Earth First! aux États-Unis, en France, au Royaume-Uni, au Canada, en Australie, aux Pays-Bas, en Belgique, aux Philippines, en République tchèque, en Inde, au Mexique, en France, en Allemagne, en Nouvelle-Zélande, en Pologne, au Nigeria, en Slovaquie, en Irlande, en Italie et en Espagne.

    350 pages (approx.)

  • Deep Green Resistance : Un mouvement pour sauver la planète (Derrick Jensen, Lierre Keith et Aric McBay) – Tome 2

     13,00

    Je le commande (livraison 48h)

    4e de couverture
    La civilisation industrielle détruit la vie sur Terre. Chaque jour, deux cents espèces animales et végétales meurent sous les assauts incessants des machines et du « progrès » technologique. L’effondrement a déjà eu lieu pour les ours polaires, les guifettes noires et les coraux.

    Le premier tome de Deep Green Resistance expliquait l’urgence de la situation et exposait les principaux problèmes de l’écologie grand public. En s’appuyant sur les exemples des mouvements des siècles passés, le deuxième propose une approche concrète de la lutte : comment structurer un mouvement de résistance et mettre en réseau les différentes organisations militantes ? Quelles stratégies et tactiques mettre en place ? Comment choisir les cibles ? Quelles mesures de sécurité adopter ? Il examine ensuite les différents scénarios possibles en fonction de l’ampleur de la résistance : du futur le plus sombre, si nous n’agissons pas, à la guerre écologique décisive qui permettrait de démanteler la civilisation industrielle, et de reconstituer des écosystèmes prospères au sein desquels s’épanouirait une mosaïque de cultures humaines.

    Le futur de la vie sur terre dépend de nos choix d’aujourd’hui. Si vous tenez cet ouvrage entre vos mains, c’est probablement que vous avez fait un premier pas pour lutter contre le désastre en cours. Quel sera le second ?

    Présentation des deux tomes
    Depuis des années, Derrick Jensen pose régulièrement la question suivante à son public : « Pensez-vous que cette culture s’engagera de manière volontaire dans une transformation vers un mode de vie véritablement soutenable et sain ? » Personne, ou presque, ne répond par l’affirmative. Deep Green Resistance (DGR) commence donc par établir ce que les écologistes « mainstream » se refusent à admettre : la civilisation industrielle est manifestement incompatible avec la vie sur Terre. Face à l’urgence de la situation, les « technosolutions » et les achats écoresponsables ne résoudront rien. Pour sauver cette planète, nous avons besoin d’un véritable mouvement de résistance en mesure de démanteler l’économie industrielle.

    Les auteurs
    Derrick Jensen est un écrivain, un philosophe et un activiste états-unien, auteur de plus de 20 livres dont plusieurs best-sellers. Sa perspective est l’une des plus cruciales du mouvement écologiste. Parmi ses ouvrages, on retrouve notamment A Language older than Words, The Culture of Make Believe et les deux volumes de Endgame.
    Lierre Keith est une écrivaine, féministe radicale, écologiste et militante pour la sécurité alimentaire. Son ouvrage Le mythe végétarien : Alimentation, Justice et Durabilité a été appelé « le livre écologiste le plus important de sa génération ».
    Aric McBay est un militant et un petit agriculteur biologique. Il est également co-auteur, avec Derrick Jensen, du livre What We Leave Behind.

    L’importance de ce livre publié en deux tomes
    DGR évalue les options stratégiques qui s’offrent à nous, de la non-violence à la guérilla, et pose les conditions nécessaires à une victoire. Ce livre explore aussi les sujets, concepts et modes opératoires des mouvements de résistance et des grandes luttes de ces derniers siècles : les types de structures organisationnelles, les modalités de recrutement, la sécurité, les choix des cibles, etc. DGR n’est pas seulement un livre, c’est aussi un mouvement qui propose un plan d’action concret. Il s’agit d’une lecture obligatoire pour tout militant souhaitant comprendre les enjeux de notre temps, l’idéologie et les faiblesses de la culture dominante ainsi que les stratégies et tactiques de lutte efficaces.

    Tome 2 de 2 : 350 pages (approx.)

  • Mort au capitalisme ! Livre de coloriage !

     7,00

    Je le commande (livraison en 48h)

    Ce livre de coloriage est une introduction ludique au capitalisme. A travers une série de vignettes mettant en scène des personnages récurrents (un capitaliste sans scrupule, un lapin résistant…) et d’autres, ponctuels, dans lesquels chacun d’entre nous pourra se reconnaître, Stephanie McMillan décrit, dans un style accessible à tous, cette force qui nous domine et qui est en train de détruire la planète. Les dialogues entre les personnages, drôles et toujours pertinents, exposent avec simplicité l’absurdité et le caractère destructeur du système consumériste devenu planétaire, mais mettent également l’accent sur ses points de vulnérabilité ; car avant de pouvoir combattre efficacement notre ennemi, nous devons l’identifier clairement, comprendre sa structure et déterminer précisément qui le contrôle.

    L’auteur

    Stephanie McMillan est une dessinatrice politique, auteure et militante du sud de la Floride. Porte-parole des luttes sociales et écologistes, elle compte à son actif sept ouvrages édités aux Etats-Unis, dont un roman co-écrit avec l’auteur et militant écologiste américain Derrick Jensen. Depuis 1992, elle a publié de nombreuses bandes dessinées politiques. Son travail a été récompensé à plusieurs reprises.

    52 pages de coloriage

    via GIPHY

  • L’échec de la non-violence (Peter Gelderloos)

     15,00

    Je le commande

    Dans les années qui suivirent la fin de la guerre froide, de nombreux mouvements sociaux ont vu le jour. D’abord pacifiques, ils ont ensuite adopté une diversité de tactiques à mesure que leurs forces et leurs expériences collectives prenaient de l’ampleur. Les quinze dernières années ont exposé, plus explicitement que jamais, la fonction de la non-violence.

    Promues par les médias, financées par les gouvernements et pilotées par des ONG, des campagnes non violentes, à travers le monde, ont favorisé les ravalements de façade de divers régimes répressifs et permis aux forces de police de restreindre l’extension des mouvements de révolte sociale. Perdant souvent le débat au sein même de ces mouvements, les tenants de la non-violence ont de plus en plus recours aux médias dominants ainsi qu’aux fonds publics et institutionnels pour étouffer les voix discordantes. L’échec de la Non-violence explore la plupart des soulèvements sociaux qui suivirent la guerre froide pour faire apparaître les limites de la non-violence et dévoiler ce qu’un mouvement diversifié, indiscipliné et impétueux peut accomplir. En passant au crible le fonctionnement de la diversité des tactiques déployées à ce jour, ce livre explique comment les mouvements en faveur d’un changement social peuvent triompher et ouvrir les espaces dont nous avons besoin pour semer les graines d’un monde nouveau.

    Lire l’introduction ici : http://partage-le.com/2016/10/lechec-de-la-non-violence-introduction-par-peter-gelderloos

    450 pages (approx.)

  • Derrick Jensen

    ZOOS : Le cauchemar de la vie en captivité (Derrick Jensen)

     13,00

    Je le commande (livraison en 48h)

    L’exploitation d’animaux capturés et exhibés pour le plaisir ou le divertissement des humains est bien antérieure à l’avènement de l'Empire romain. La critique radicale et subversive qu’en propose l’auteur, ici traduit en français pour la première fois, n’existe pas dans le paysage littéraire francophone. Dans ce livre passionné et provocant, Derrick Jensen explore les rationalisations et les justifications de l’existence des zoos en parallèle de la problématique de notre aliénation du monde naturel et des créatures qui le peuplent. En cela, il expose le lien entre les zoos et l’idéologie de domination et de contrôle à l’origine des destructions écologiques actuelles (sixième extinction de masse, réchauffement climatique, pollutions des sols, de l’air et des milieux aquatiques, déforestation, etc.).

    Le cauchemar des zoos est une puissante critique de la place des zoos au sein de notre société, de celle de notre société au sein du monde naturel, et finalement de la nôtre propre, en tant qu’être humain, au sein du monde sauvage.

    Préface de Jean-Claude Nouët, professeur à la Faculté de médecine de la Pitié-Salpêtrière, à Paris. Médecin spécialisé en histologie, embryologie et cytogénétique, il est également membre du comité consultatif de la santé et de la protection animales et président de la « Fondation Ethique et sciences ». Ardent défenseur des animaux, il se bat depuis des années pour que le statut de l'animal ne soit plus celui d'un objet à la disposition des hommes. En tant que président de la Ligue Française des Droits de l'Animal, il dénonce l'exploitation des animaux par les zoos au nom d'une prétendue sauvegarde de la nature. Il est convaincu que la préservation des espèces ne peut passer que par l'indispensable préservation des espaces naturels.

    Livre de poche, 156 pages. 13 euros.

    via GIPHY

  • Femmes révolutionnaires – 54 cartes éclair

     9,90

    Dans cette boîte, vous trouverez 54 cartes éclair d’héroïnes et lea-deuses. Par leur courage, leurs idées, et souvent au péril de leur vie, ces écrivaines, révolutionnaires et militantes ont marqué l’Histoire et nos imaginaires en luttant contre l’oppression et le patriarcat. Chaque carte contient la photo (au recto) et la biographie (au verso) de l’héroïne.

  • L’hydre et le dragon (Russell « Maroon » Shoatz)

     8,00

    Je le commande

    Résumé
    L’histoire des mouvements sociaux au vingtième siècle a été marqué par l’influence du centralisme démocratique et de ses excès, qu’il s’agisse de l’échec originel de la révolution russe à partir des années 1920, ou des dérives autoritaires dans les autres pays où un mouvement révolutionnaire parvint à porter le communisme au pouvoir – c’est le « dragon » centralisateur qui sert de métaphore à l’auteur, et qui se retourne le plus souvent contre le peuple qui l’a porté au pouvoir. Maroon Shoatz propose une plongée historique dans une autre manière de faire la révolution en examinant des chapitres méconnus des révoltes d’esclaves du continent américain, caractérisées par une importante décentralisation qui compliquait leur répression par les esclavagistes – aux prises avec une hydre dont les têtes multiples repoussent sans arrêt. Une invitation à repenser la manière d’organiser les mouvements de lutte au 21è siècle.

    L’auteur
    Russell Maroon Shoatz est un prisonnier politique détenu aux Etats-Unis depuis plus de quarante-cinq ans, il a passé vingt ans en isolement. C’est un vétéran du Mouvement de libération noir (ex-Black Panther et ex-Black Liberation Army), au sein duquel il a milité à Philadelphie, de manière légale et clandestine. Son surnom Maroon (du nom des Marrons, esclaves fugitifs qui parvenaient à s’échapper des plantations) lui vient après deux évasions réussies. Il est l’auteur de nombreux textes qui alimentent la pensée révolutionnaire contemporaine.

    Importance du livre
    Les recherches et les écrits de Maroon Shoatz sur les communautés Marrons des Amériques défrichent un continent de savoirs peu diffusés et proposent des perspectives radicales en politique et en stratégie militaire révolutionnaire à partir de l’étude de ces sociétés.
    Les analyses historiques de l’auteur embrassent une longue période révolutionnaire, du marronnage du 17è aux insurrections qui se poursuivent encore aujourd’hui, du Chiapas au Kurdistan.

    Ce livre nous introduit aux outils nécessaires pour essayer de dépasser l’impasse entre des mouvements avant-gardistes qui parviennent à prendre le pouvoir mais échouent à le rendre au peuple (de la révolution d’octobre au stalinisme, par exemple) et les mouvements trop décentralisés pour battre les forces réactionnaires toujours bien organisés (Occupy Wall Street ou Nuit Debout, par exemple).

    C’est aussi une lueur d’espoir dans une époque sombre : la résilience des communauté marrons, qui ont réussit à se libérer elles-mêmes au terme de décennies de luttes et ont réussi à défendre leur autonomie parfois sur des siècles, sont autant d’exemples à suivre pour les mouvements radicaux d’aujourd’hui.

    L’auteur montre enfin une profonde compréhension du moment historique, et fait des propositions claires pour aller de l’avant en intégrant de nouvelles pratiques et de nouveaux concepts politiques (dont, entre autres, l’éco-socialisme, le matriarcat, l’éco-féminisme, la sécurité alimentaire…) pour relever les défis contemporains et faire advenir un changement social radical.

    96 pages (approx.)

  • Histoire noire – 54 cartes éclair (vol. 1)

     9,90

    Dans cette boîte, vous trouverez 54 cartes éclair de héros et héroïnes noirs trop souvent écartés de l’Histoire officielle. Pourtant, par leur courage, leurs idées et souvent au péril de leur vie, ces écrivains, révolutionnaires, et combattants anticoloniaux ont marqué l’Histoire et nos imaginaires en tenant tête aux plus grands empires. Chaque carte contient la photo (au recto) et la biographie (au verso) du héros ou de l’héroïne. La parité est respectée.

     
  • Femmes de France – 54 cartes éclairs

     9,90

    Dans cette boîte, vous trouverez 54 cartes éclair d’héroïnes et leadeuses. Par leur courage, leurs idées, et souvent au péril de leur vie, ces écrivaines, révolutionnaires et militantes ont marqué l’Histoire et nos imaginaires en luttant contre l’oppression et le patriarcat. Chaque carte contient la photo (au recto) et la biographie (au verso) de l’héroïne.

  • Mon Ishmael (Daniel Quinn)

     16,00

    Comme le livre Ishmael, auquel il succède, Mon Ishmael – Professeur cherche élève ayant désir de sauver le monde s’articule autour d’un dialogue socratique entre Ishmael, un gorille, et Julie, une collégienne de douze ans qui supporte le fardeau d’une mère alcoolique. Julie répond à l’annonce d’Ishmael dans un journal local. Il recherche un élève souhaitant « sauver le monde ». Et elle désire apprendre. Commence alors une discussion étonnante sur des questions profondes concernant jusqu’aux fondements de la vie en société. À en croire Rousseau, « la plupart de nos maux sont notre propre ouvrage ». Et tel est bien l’objet de ce dialogue entre Julie, curieuse, impertinente, et Ishmael, qui s’évertue à pousser la jeune fille à accoucher de ses propres idées d’une manière bien originale. Il lui apprend à réfléchir. À battre en brèche nos préjugés culturels. Une situation à la Lewis Caroll, en somme — bien qu’ici, l’absurde trouve plutôt ses racines dans les fondements mêmes de notre société…